lundi 30 janvier 2012

Quelques chiffres toutes catégories confondues

Pour mettre à l’honneur notre rubrique « chiffres », voici un best of des études parues fin 2011, avec des informations très intéressantes reléguées par pignonsurmail.com. Vous pouvez retrouver le détail de toutes ces études sur le net, ou parfois même dans des livres blancs.

L’étude de Marketing Sherpa, effectuée sur des annonceurs américains, traite beaucoup de sujets comme le ROI, le split-testing ou encore la délivrabilité. Ce qui est intéressant dans cette étude, c’est que trois critères ont été recoupés : la facilité, la fréquence et l’efficacité de la mise en place de certaines stratégies. Pour juger la délivrabilité, à l’heure actuelle, les annonceurs doivent se soumettre à plusieurs questions, le schéma ci-dessous résume donc les tendances générales :

On note que les méthodes le plus pratiquées sont un processus de désabonnement facile, un nettoyage régulier de la base de données, une récolte d’adresses uniquement opt-in, la suppression des hard bounces, la suppression des inactifs et l’évaluation des soft bounces. Comme vous pourrez le voir, le nettoyage régulier des listes est quelque chose d’assez difficile à mettre, mais tellement efficace que beaucoup d’annonceurs s’y adonnent. On note aussi, d’après le graphique que les campagnes de réactivation sont difficiles à lancer et quelles sont pas toujours suffisamment efficaces. Si vous voulez vous lancer dans une campagne de réactivation, n’hésitez pas à consulter nos articles sur le sujet afin de mettre toutes vos chances de votre côté.
Autre étude intéressante, celle de ContactLab, qui permet d’avoir un aperçu de la perception de l’email à l’échelle européenne, principalement en France, en Italie, en Allemagne, en Espagne et au Royaume-Unis.


Pays
Italie
Espagne
France
Allemagne
Royaume-Unis
Nombre de mails reçus par jour
22
24
39
29
26
Nombre d’abonnements à une newsletter
8
6
10
6
5


Par ailleurs, en 2011, l’utilisation des webmails s’est accrue de 2%. Les internautes utilisent un peu moins un programme dédié à leur messagerie. Il faut dire que les webmails sont gratuits et sont de plus en plus sécurisés, leur utilisation est devenue confortable.
En ce qui concerne le multicanal, on note que la consultation des emails via Smartphones augmente aussi, et ce dans tous les pays.


Pays
Italie
Espagne
France
Allemagne
Royaume-Unis
Consultation emails avec Smartphones (%) – 2010
18
11
12
15
21
Consultation emails avec Smartphones (%) – 2011
29
22
20
21
37

Pour les réseaux sociaux, beaucoup d’internautes suivent une ou plusieurs marques via les réseaux. Cependant, le partage est encore timide puisque seulement 8% des personnes partagent une newsletter sur leur profil. Cependant, on note que les boutons du style « envoyer à un ami » ou le bouton « transférer » ont déjà été utilisés par 17% des personnes. Si vos emailings sont intéressants, les prospects ont donc envie de les partager.
Enfin, en ce qui concerne le split-testing, Pure360 a publié un excellent schéma qui pourrait servir à plusieurs d’entre vous. Si vous manquez d’idée pour tester vos emailings, voici quelques pistes à suivre.



vendredi 27 janvier 2012

En Europe, on protège les données personnelles des internautes

Les hackers & Co. n’ont qu’à bien se tenir ! Aujourd’hui, d’après « Eurobaromètre », 70% des européens ont peur que leurs données personnelles soient utilisées à mauvais escient, les autorités en ont conscience et prennent donc les mesures qui s’imposent.

La Commission Européenne va donc présenter à Bruxelles, le 25 janvier prochain, ses propositions pour renforcer la protection des données personnelles des internautes. Ces futures réformes vont autant concerner les pratiques d’e-commerce que les inscriptions sur les réseaux sociaux, qui sont aujourd’hui, dans certains cas, un parfait exemple de violation de vie privée.

Comme il l’a déjà été dit pout l’opt-in cookie, chaque entreprise voulant recueillir des informations sur un individu a le devoir de demander son consentement EXPLICITE avant d’y procéder. Par ailleurs, ces données, une fois collectées, deviennent dès lors confidentielles, et l’individu qu’elles concernent donc doit donc signifier son accord pour qu’elles soient partagées avec des partenaires commerciaux. Si une faille survenait, et que la confidentialité des données était compromise, alors la société devrait immédiatement contacter chaque personne afin de l’en informer.

De plus, chaque individu a le droit de faire migrer ses données, de les modifier et de les supprimer. Afin de simplifier au maximum ces opérations, les données doivent donc être entreposées dans un format utilisable par tous.

Il est bien entendu que le non respect de ces règles entrainera des sanctions accompagnées d’amendes dont on ne connait, pour l’instant, ni les modalités, ni les montants. La Commission a pour objectif de serrer la vis afin de compenser avec un certain laxisme dans le passé. En effet, la sphère internet a littéralement explosée et les mesures ont été longues et difficiles à mettre en place. On se souvient notamment du scandale au sujet de Google et de ses voitures qui prenaient des photos pour son projet Street View. A cette occasion, beaucoup de données personnelles avaient été amassées sans accord des individus qu’elles ciblaient. De même, beaucoup de gamers ont tremblé avec Sony, lorsque ce dernier a malencontreusement égaré les numéros de carte bleue de ses clients. Lors de ces scandales, on a noté un manque d’honnêteté de ces grandes firmes qui ont essayé de camoufler leur faute.

Maintenant, l’envie est au changement, l’UE veut poser des frontières. Rendez-vous fin janvier pour faire le point sur les mesures qui auront été adoptées. 

mercredi 25 janvier 2012

Améliorer votre taux de rebond

Le taux de rebond est un phénomène qui consiste à ne visiter qu’une page internet d’un site, sans en visiter les autres. Les internautes qui font cela manquent généralement d’envie pour continuer à visiter le site. Il y a plusieurs hypothèses : soit la navigation n’est pas assez intuitive, soit vous ne vous vendez pas assez. L’emailing, en vous permettant d’insérer plusieurs liens, va contribuer à donner accès à tout l’ensemble de votre site.

Dans vos emailings, vous insérez des liens, mais vers quoi ? Quand ce sont des emailings promotionnels, la plupart du temps, vous linkez vers des fiches produits ou directement vers la page promotion de votre site. Cependant, si les internautes cliquent et qu’une fois sur le site, ils ne sont pas convaincus, ils vont fermer leur navigateur et la visite s’arrêtera là. Dans ce genre d’emailing, il est important de ne pas se contenter de ce type de lien.

Pour faire découvrir les autres parties de votre site, vous pouvez très logiquement insérer un lien vers la page fidélité ou parrainage de votre site. Par ailleurs, les abonnés et clients apprécieront de pouvoir consulter leur profil directement depuis l’email, en un seul clic.

Lorsqu’un internaute arrive sur une page internet, il y reste à peu près 30 secondes. Pour un emailing, c’est à peine 10 secondes d’analyse. Ceci signifie qu’en 45 secondes vous devez convaincre votre prospect de se rendre sur votre site, mais d’y rester et de le visiter.

Généralement, un internaute quitte rapidement un site parce qu’il n’y a pas trouvé l’information qu’il cherchait. Hors, lorsqu’un prospect se rend sur un site suite à l’ouverture d’un emailing, cela signifie qu’il a cliqué sur un call-to-action, une image ou encore un lien quelconque. Si le contenu de la page internet ne correspond pas à ce que le lien de l’emailing annonçait, alors l’internaute quitte le site. Pour éviter un taux de rebond trop élevé, pensez à la pertinence entre le contenu que vous annoncez et celui que vous proposez.

Ensuite, ce sont les qualités de votre site qui tiendront l’internaute en haleine. Animations, présentation aérée, navigation facile, visuels facilitant la lecture, autant de critères qui rendent la visite de votre site agréable. Privilégiez dans vos emailings un rapport pertinent avec le site, que ce soit sur le contenu ou bien même sur les graphismes. Vous mettez ainsi vos prospects face à deux supports à l’effigie de votre entreprise, qui forment un tout. 

lundi 23 janvier 2012

Comment éviter de se faire blacklister?

Le blacklistage est un peu la bête noire des annonceurs. En effet, être placé sur liste noire revient à perdre toute efficacité au niveau de la délivrabilité. Par conséquent, il est préférable de connaître les principales raisons d’un blacklistage. Si pendant longtemps les annonceurs étaient mis en cause par leurs mauvaises pratiques, on sait aujourd’hui que les FAI ont aussi leur part de responsabilité.

Du coté des annonceurs, il faut bien sûr respecter la charte éthique de l’emailing afin d’accéder aux boîtes de réception. Il est bien évident que vous retrouverez ces principes de base dans la suite du blog. En plus de cette éthique, il faut suivre certaines astuces.

Par exemple, la rédaction des objets de l’emailing est cruciale. Toute tentative publicitaire sera bannie. Beaucoup de filtres anti-spam sondent aussi le contenu des emailings, il faut donc observer cette même règle lorsque vous rédigerez votre contenu. De même, autres astuces, soyez crédible et ayez un nom d’expéditeur explicite. Votre e-réputation a beaucoup d’importance dans tout ce cheminement. A l’entrée de la boîte de réception, une mauvaise réputation vous barrera immédiatement la route.

Pour éviter le blacklistage il faut d’abord respecter une règle essentielle : laisser le champ libre au désabonnement. Si vous ne traitez pas les demandes de désabonnement, les prospects vont continuer à recevoir vos emailings. Ils vous placeront alors d’eux-mêmes dans le dossier réservé aux spams.
Ensuite si vous êtes un fervent utilisateur des bases de données achetées ou louées, il faut savoir que suivant le provider vers qui vous vous tournez vous pourriez avoir de mauvaises surprises. Certaines bases de données, mal constituées, apportent plus de problèmes de délivrabilité que de réelles performances à la campagne.

Les FAI de leur côté filtrent dorénavant par rapport aux actions récurrentes de leurs utilisateurs. Si vous êtes dans les bonnes grâces du prospect, il lira vos emailings et les FAI vous laisseront un libre accès en boite de réception.

Pour finir, petit point de sécurité. Il faut savoir que l’usurpation d’identité sur le net est plus que fréquente, vous pouvez donc passer pour un spammeur à votre insu. Ouvrez l’œil !


vendredi 20 janvier 2012

Raisons pour augmenter la fréquence d’envoi

email_subscribe par derrickkwaDans vos formulaires d’inscription à vos newsletters et emailings, il est possible que vous laissiez le choix au prospect en ce qui concerne lafréquence d’envoi. Une telle possibilité est tout à votre honneur, on sait à quel point il est important de ne pas enfermer les prospects dans une campagne. Cependant, il est vrai aussi que les prospects ont tendance à choisir par défaut une fréquence peu élevée, ce qui réduit votre marge de manœuvre en termes d’envoi.

Vous allez donc devoir rechercher des opportunités pour faire augmenter la fréquence. Il ne s’agit pas de rebondir sur tout et n’importe quoi, sinon vos prospects vont vite se lasser de ce jeu, mais de saisir une réelle occasion.

Premièrement en termes d’espace temps, certaines périodes seront une bonne occasion de proposer une augmentation de la fréquence. Nous sommes en plein dedans, la période des fêtes se prête très bien à cela. Vous aurez des emailings spéciaux à diffuser pendant les fêtes, proposez à vos prospects un abonnement supplémentaire pour les recevoir. C'est-à-dire qu’en plus de l’abonnement courant viendra se rajouter un abonnement dédié aux emailings concernant la période des fêtes.

Dans un second temps, vous pouvez proposer des abonnements en fonction de thématiques. Par exemple, un abonnement pour chacun de vos rayons de produits. Ainsi le prospect peut avoir un abonnement par centre d’intérêt. Cette méthode présente néanmoins des dangers. En effet, certaines fois le fait de présenter tous vos produits dans un même emailing peut permettre au prospect de se tourner vers un produit auquel il n’avait pas songé, ce qui représente une vente supplémentaire pour vous.

Enfin, vous pouvez aussi proposer des abonnements selon les types d’emailings : newsletters, emailing évènementiel, promotions, jeux concours,… Ainsi vous proposez aux prospects le genre d’information qu’ils désirent. Un tel choix garanti un taux d’ouverture correct puisque le prospect sait par avance qu’il reçoit des emailings concernant des choses auxquelles il s’intéresse.

Tout au long de votre campagne, vous trouverez des prétextes pour proposer à vos prospects une augmentation de la fréquence. Il ne s’agit pas de proposer cela toutes les semaines, évitez me mettre trop de pression sur les prospects. Mais si cela est fait au moment opportun, il y a de grandes chances que beaucoup de prospects acceptent. 

mercredi 18 janvier 2012

Le marketing du contenu

L’emailing est en constante évolution et tous les acteurs du domaine la suivent de manière assidue. Cependant, chaque annonceur peut se demander ce qui fera la différence entre son travail et celui d’un autre, alors que tout le monde suit les mêmes règles. Aujourd’hui, c’est le contenu qui fait la différence, et aussi l’exploitation des outils mis à disposition.

Avec l’affluence d’emails d’annonceurs dans les boîtes de réception, les internautes ont vite fait de faire l’amalgame entre spammeur et annonceur. Pour faire la différence, il va vous falloir créer votre standard parmi le standard universel. Tout en respectant les règles générales, vous allez rajouter quelques caractéristiques qui seront votre.

En email marketing, suivant que l’emailing sera promotionnel, informatif ou transactionnel, on adoptera une présentation différente, en mettant l’accent sur certains éléments. Vous pouvez faire de même en décidant d’une certaine trame pour chaque type d’emailing que vous êtes amenés à envoyer. Vous formatez donc votre prospect, il saura face à une certaine présentation de quel type d’emailing il s’agit, cela le met déjà en situation. Cependant, il ne s’agit pas d’envoyer des emails qui se ressemblent tous, mais de faire un point commun évident entre les emails de même genre. Avant d’arriver à une décision finale, inutile de préciser qu’il vous faudra tester l’efficacité de chacun de vos choix.

Pour le contenu en lui-même, les internautes sont aujourd’hui à l’heure de l’automatique et du dynamique. Habitués à recevoir des emails ultra personnalisés, ils sont beaucoup à apprécier qu’un courriel arrive en boîte de réception en proposant quelque chose dont ils ont besoin ou envie. Par ailleurs, l’interactivité de l’email est aussi devenue un critère de qualité.

Les internautes adorent interagir, modéliser les choses comme ils le désirent. On peut expliquer ce phénomène par la vague sociale, qui permet à chacun d’intervenir à n’importe quel moment. Coupler vos emailings avec les réseaux sociaux sera une manière de créer une valeur ajoutée sur votre contenu. Par exemple, si vous avez fait de votre profil Facebook, ou autre, une sorte de forum, n’hésitez pas à en recenser les dernières interventions dans vos emails. Cela peut donner envie à quelqu’un qui ne fait pas partie du groupe de participer.

C’est en optimisant les contenus au mieux que vous vous différencierez de la concurrence et augmenterez ainsi votre ROI. Cherchez une certaine originalité ou innovation à proposer à vos contacts. 

mardi 17 janvier 2012

B2B VS B2C

Que ce soit pour contacter des clients ou des professionnels, l’emailing reste un canal de choix, qui permet de mettre en place de multiples stratégies. Cependant, comme vous ne vous adressez pas à la même personne, il est logique d’adapter le contenu votre emailing. Voici donc les principales différences entre ces deux types d’emails.

Même si les deux parties en ont besoin, les professionnels seront plus attachés que les particuliers à la fiabilité de votre entreprise et à sa réputation. Dans un partenariat professionnel, la qualité de travail de chaque partenaire influe sur la réputation de l’autre. A l’heure actuelle, le marché concurrentiel évoluant très vite, chaque entreprise doit prouver sa bonne foi. De cette confiance naîtra une relation solide, essentielle au marketing B2B. En B2B, il faut avant tout chercher une relation sur du long terme, qui pourrait illustrer une grande qualité de produits et services. Les emailings envoyés doivent donc être personnalisés, mais en considérant l’entreprise comme un tout.

Pour le marketing B2C, on va avoir à gérer quelques petites nuances. Bien entendu, le prospect a besoin de savoir qu’il peut avoir confiance en vous, mais avant tout il cherchera un message ciblé, une offre qu’il lui correspond. Ici on passe donc à de la personnalisation one-to-one. Par ailleurs, le critère du long terme recherché avec des professionnels est ici moins important ou moins dominant. Le but pour vous est de générer des ventes, si votre prospect doit avoir une relation sur du long terme avec votre marque cela passera par le biais de la fidélisation. Vous cherchez donc en B2C à plaire instantanément, à séduire sur le coup, alors que l’emailing B2B nécessite d’être convaincant et doit avancer des arguments commerciaux. Généralement, la séduction du prospect passe par de multiples offres promotionnelles et des prix très concurrentiels. Vous pourrez ensuite développer une relation durable sur le long terme grâce à d’autres canaux comme les réseaux sociaux ou l’emailing sur mobile.

Entre les deux, l’approche est donc différente car le but principal recherché n’est pas le même. Cependant, pour arriver à personnaliser vos messages, il vous faudra connaître chaque particulier et chaque professionnel que vous contactez. Pour cela, n’oubliez pas d’entretenir régulièrement votre base de données.
Par ailleurs, que ce soit pour du B2B ou du B2C, MailproTM sera un excellent compagnon de route tout au long de votre campagne.

lundi 16 janvier 2012

Comment réussir votre marketing par email

Sérial entrepreneur et blogueur sur le thème du Webmarketing, Davy partage avec ses lecteurs ses techniques sur l’acquisition de trafic, la promotion, et la monétisation de sites web, au travers d’articles, d’outils, et de formations en vidéo. Apprenez ses méthodes sur son blog : http://www.tonwebmarketing.fr
Comment réussir votre marketing par email

Le marketing par email est aujourd’hui une des formes les plus effectives de faire de la publicité sur internet. La promotion par l’information.

Pourquoi ?

 

La première raison à ça, c’est qu’il est possible d’atteindre une audience mondiale, pour un coût très faible, et de façon immédiate en quelques clics … Il est possible d’atteindre votre audience en même temps. Si vous avez besoin de provoquer un effet de masse, ou d’augmenter vos ventes, le fait d’atteindre tous vos prospects en même temps, est une véritable révolution par rapport aux autres moyens de faire de la publicité en ligne.
La deuxième raison, c’est que les coûts sont insignifiants par rapport aux retours potentiels et effectifs ! Et il permet d’atteindre votre cible encore plus rapidement que d’autres moyens de promotion, comme Adwords, le référencement, le blogging, ou encore les communiqués de presse. Si vous possédez déjà une liste de prospects, le seul coût est celui du service choisi pour vos envois, qui peut être rentré dans vos coûts fixes tous les mois. Et éventuellement, quelques graphiques de temps en temps, voir un texte publicitaire s’il n’est pas rédigé en interne
Ce qui en fait une solution puissante, pour toutes les entreprises, depuis la micro-entreprise jusqu’à la multinationale.

Comment réussir votre marketing par email :

1 – Un titre suscitant la curiosité, et faisant appel aux émotions de vos prospects : Le titre, c’est 90% du taux de réussite. Il permet à vos prospects de passer la première étape :
L’ouverture de l’email
Pour cela, vous devez donner un titre qui répond à l’une des problématiques de vos prospects, sans pour autant dévoiler comment vous allez le faire. Puis ce titre, doit provoquer une émotion. Si vous vendez des fleurs en ligne, un bon titre est par exemple :
« Ce nouveau bouquet va faire fondre celle que vous aimez »
2- Simple, compatible et convaincant : Désormais, votre but, est de faire en sorte que votre prospect clique sur le lien que vous souhaitez, et atterrisse sur votre site. Pour qu’il voit votre offre, ou votre message. Pour cela :
- Pas de blabla inutile.
- Utilisez une introduction dans laquelle vous répondez partiellement aux questions « Qui, Quoi, Comment, Où, Quand, Pourquoi », puis écrivez votre appel à l’action.
- Un appel à l’action, présent plusieurs fois dans l’email. Le minimum étant de 3, selon la longueur de votre email.
- Si votre email est en HTML, votre texte doit rester au format texte, et non en image. Afin de rester lisible, car la plupart des clients emails bloquent les images.
- Evitez les mots qui pourraient envoyer votre email dans la boite spam de vos prospects. Comme « bonus, argent, viagra, certains caractères spéciaux etc. » La plupart des prestataires emailing, vous aide en attribuant un score à votre email, afin de l’améliorer.
- Personnalisez votre email si vous le pouvez, en évitant la personnalisation à outrance. Un « Bonjour Jack » ne mange pas de pain, et fait toujours plaisir.
- Enfin, un moyen de se désinscrire tout en bas, et le cas échéant, un lien pour voir l’email en ligne tout en haut.
Cela permet à vos prospects de franchir la deuxième étape : Le clic

 

Quelques conseils supplémentaires

Après le clic, vous avez déjà réussi une bonne partie du chemin. La monétisation de votre audience, se fera avec votre offre. En général, lors d’une campagne de marketing, les taux de clics peuvent aller entre 10%, et 50% selon la taille de la liste, et la puissance du message marketing. Voici quelques conseils pour augmenter ce taux :
- Obtenez la confiance de vos prospects : Ne les décevez jamais avec vos promesses et votre contenu
- Répondez à leurs questions : S’ils se sont inscrits chez vous, c’est pour une bonne raison. Vous devez leur offrir, une « solution à leurs problèmes »
- Offrez leur du contenu : Donnez, donnez, donnez. Des réductions, promotions, des conseils … du contenu exclusif, que seuls vos abonnés ont accès
- Surprenez –les : Offrez leur quelque chose à laquelle ils ne s’attendent absolument pas. Une invitation gratuite, des cadeaux …
- Evitez d’être trop fréquent, ou pas assez : Avec moins d’un email par mois, vos prospects risquent de se désinscrire la prochaine fois qu’ils entendent parler de vous. Idem, si vous envoyez de nombreux emails par semaine. 2 à 3 fois par mois, semble être une bonne moyenne
- Testez votre meilleure période d’envoi : Selon les marchés, le meilleur jour peut être un jeudi, un vendredi, ou encore un weekend. Idem pour l’heure, pour certains marchés le matin est plus efficace, pour d’autres c’est l’après midi, ou encore la soirée. Testez plusieurs périodes en divisant votre liste, et une fois que vous l’avez trouvé, ne la lâchez plus.

Vous avez désormais tous les éléments en main, pour réussir vos campagnes de marketing par email. Appliquez peu à peu ces différentes méthodes, et comparez votre taux de transformation. Tout ce qui fera en sorte d’augmenter votre taux de clic, est bon à prendre.

vendredi 13 janvier 2012

Les emails et l’iPad

Dans la révolution tactile et mobile, il est très clair que l’iPad remporte un succès fulgurant. Le bébé de feu Steve Jobs est aujourd’hui l’une des tablettes les plus convoitées du marché. Apple scande qu’avec l’iPad on peut tout faire. Cependant, il est vrai qu’on peut surtout consulter les emails et surfer sur internet.

Return Path a réalisé une étude qui confirme ceci. En effet, il y a eu une augmentation de 73% pour la consultation des emails entre avril et septembre 2011. Il semblerait par ailleurs que la croissance de la consultation aille avec l’évolution des modèles de l’iPad. Il semblerait que la sortie de l’iPad 2 en mars 2011 ait contribué à une augmentation de 12% de la consultation.

En effet, l’iPad a su trouver son public. D’abord, sa notoriété s’est beaucoup appuyée sur la pomme. Apple n’en est pas à son premier produit et a réussi, au fil des années, à faire de chacune de ses nouveautés un véritable rendez-vous. Beaucoup de consommateurs font donc la tournée des Apple Stores en recherchant l’objet tant convoité.

Pour les annonceurs, le succès de l’iPad est plutôt une bonne nouvelle. En effet, il change les habitudes de consommation des prospects, mais en bien. On peut généraliser ce concept aux autres produits de la catégorie de l’iPad, même s’il en est l’égérie.

Les tablettes offrent une facilité et une aisance de consultation, tout en permettant de ne pas renoncer à la mobilité. C’est dans ce sens que prend forme tout le concept de « l’emailing journal », c'est-à-dire un email à mi chemin entre l’emailing et la newsletter, à la fois de prospection et informatif, qui serait créé en suivant la trame d’une ligne éditoriale. Avec une sorte d’ « e-zine », la tablette devient ensuite une véritable liseuse, comme les toutes premières tablettes, les « e-book ».

Vous pouvez vous laisser aller à des créations d’emailings un peu plus interactives et plus lourdes. Les problèmes d’affichages qui se posent avec les Smartphones, du fait de la grandeur de l’écran, sont dans le cas des tablettes moins fréquents.

Vous gagnerez donc à vous renseigner sur les plateformes qui sont utilisées par vos prospects. Dans un premier temps, cela vous aidera pour la création et la mise en page de vosemailings. Dans un second temps, cela vous en apprendra un peu plus sur son rythme de vie et ses habitudes de consommation. 

jeudi 12 janvier 2012

Chronologie et cohérence dans vos envois

Votre campagne email marketing est une succession d’envois. Le mieux, afin de dresser un contexte, est de faire le lien entre vos différents emailings ou du moins d’entretenir une certaine chronologie. Comme on suit une série, ou comme on lit un livre, on peut ainsi lire des emailings. Beaucoup d’avantages sont évidents grâce à cette méthode, notamment maintenir l’intérêt des prospects.

Parlons tout d’abord de la cohérence des emailings. Au sein même d’un email, on parle de cohérence entre l’objet et le contenu, ou encore entre les attentes du prospect et les informations que vous fournissez. Cependant, ce concept de cohérence peut être étendu à l’ensemble de tous les envois.

Sur un exemple clair, imaginons que vous faites une promotion durant 48H. Comme à l’accoutumée, vous envoyez un premier emailing d’information. Au cours de ce laps de temps, vous allez rappeler au prospect les réductions en cours, et ainsi l’inciter à l’acheter. Cependant, pour garder une certaine cohésion entre les différents emails, ne vous contentez pas de souligner seulement le temps restant. Insistez sur les caractéristiques de l’évènement (anniversaire, fêtes,…), les produits et services sur lesquelles il porte, le temps restant, les modalités de livraison, etc. En préservant le contexte, vous gardez le prospect dans votre flot d’informations. C’est aussi faire déjà un pas en direction de la fidélisation de vos contacts.

Dans un second temps, on peut insérer une autre variable, qui est la chronologie. Cette variable peut être considérée comme une chronologie dans vos emailings, mais aussi comme une chronologie s’inspirant du cycle de vie du prospect. La première idée revient à ce qui est écrit plus haut. La chronologie inspirée du cycle de vie du prospect est une stratégie marketing qui a fait ses preuves. Vous ne pouvez plus vous permettre d’envoyer vos emails quand vous le désirez, il faut que vos envois collent avec l’activité du prospect. Envoyez de préférence quand le prospect est devant son ordinateur, moment propice à la consultation.

Cohérence et chronologie, deux concepts qui peuvent sembler être du détail, mais qui ne le sont pourtant pas. Ancrés dans une stratégie marketing efficace, ils permettront d’entretenir une réelle relation avec vos prospects, tout en répondant au mieux aux attentes des clients. 

mardi 10 janvier 2012

Conseils pour la rédaction de vos titres

Quand il s’agit de rédiger du texte en emailing, il est vrai que l’on parle souvent de l’objet ou du corps de mail. L’objet étant un des premiers éléments visibles, il doit être parfaitement rédigé si vous voulez atteindre la cible. Par la suite, après l’ouverture de l’emailing ou de la newsletter, le prospect va en apprendre un peu plus par le corps de texte. Cependant, votre texte n’est pas un pavé, il est structuré avec des titres. Ces derniers ont aussi un fort potentiel. Comme ils seront mis en avant, il est important de favoriser leur impact.

Première étape : attirer l’attention. Pour cela dans un emailing, on privilégie une disparité graphique pour les titres. Ne vous contentez pas de cela, cultivez le mystère tout en donnant envie à l’internaute de se lancer dans la lecture des lignes qui suivent. Par ailleurs, avec des titres explicites, vous donnez aussi la possibilité au lecteur de parcourir votre email en diagonale, les titres donnant ainsi une sorte de sommaire.

Dans le choix des mots, il est préférable de choisir des expressions fortes de sens et d’éviter absolument de sombrer dans le vague. Cependant, n’en faites pas trop, une overdose de sensationnel va discréditer votre message et votre action. On garde à l’esprit véracité et clarté. Certains mots sont de véritables évocateurs chez le lecteur, ils l’amèneront donc directement à la suite de l’email. Par exemple, on peut penser à des mots comme « gratuit », « cadeau », « offert », etc.

Vous pouvez aussi augmenter la valeur ajoutée de vos titres en plaçant directement le nom d’un de vos produits dans un titre. Ce procédé est à utiliser avec parcimonie, sinon le matraquage publicitaire est évident. Cependant, si vous avez un produit phare, dont l’évocation est susceptible de déclencher une réaction chez le lecteur, alors le citer sera aussi efficace qu’utiliser un des mots présentés ci-dessus.

Il est évident qu’un titre introduit un paragraphe, il doit donc être court. Par ailleurs, la ponctuation joue un rôle important dans la rédaction. Visuellement, les séparateurs permettent de mettre en évidence les groupes de mots importants. Qui plus est, les questions, les guillemets ou les parenthèses sont de très bons outils pour faire passer différents types de messages. Pour appuyer le message, vous pouvez utiliser des superlatifs. Ceci renforce l’intensité d’un adjectif, et donc la caractéristique de l’objet qu’il qualifie.

Tout au long de votre campagne, vous aurez l’occasion de tester différents types de titres et de mettre en évidence la formulation qui séduit le mieux votre panel de prospects. 

vendredi 6 janvier 2012

Consultation mobile des emails

Le Smartphone, en plus d’être un accessoire tendance, est devenu, pour ainsi dire, le prolongement naturel de notre main. La multitude d’applications permet aujourd’hui de tout faire. Par ailleurs, les opérateurs mobiles ont su tirer profit d’une telle technologie en permettant aux utilisateurs d’être connectés à internet en permanence. Qui dit internet, dit mails, et il semblerait que la consultation des emails soit intimement liée aux Smartphones.

En effet, d’après une étude de Return Path, les technologies mobiles ont un grand impact sur la consultation des emails. Entre mars 2011 et aujourd’hui, la consultation des emails sur périphérique mobile est en hausse de 34% par rapport à la période octobre 2010 à mas 2011. Même si beaucoup de personnes continuent de consulter majoritairement via un webmail, on note un recul de 11% pour ce dernier. Le recul de consultation pour un client de messagerie est quant à lui de 9,5%.

C’est donc ainsi que l’on explique la forte croissance de la consultation mobile. Les utilisateurs ont tendance aujourd’hui à gérer leurs mails n’importe où. Ils n’attendent plus de rentrer chez eux et d’allumer leur ordinateur pour consulter, supprimer, envoyer et recevoir des emails. Par ailleurs, les Smartphones proposent généralement une synchronisation immédiate des emails. C'est-à-dire que le possesseur du Smartphone est averti dès réception d’un email qu’un courriel non lu l’attend. Tout se fait donc dans l’instantanéité. Pour beaucoup d’utilisateurs cela revient à éviter d’avoir une vingtaine de courriels non lus en rentrant chez eux, qu’il faut ensuite trier. C'est l'ère de l'e-marketing mobile.

Cependant, on note que la consultation mobile n’est pas homogène tout le long de la semaine. Le tableau suivant répertorie les variations de la consultation des emails en fonction du jour de la semaine et du support de consultation.

Consultation/ Jour
Mobile
Webmail
Client de messagerie
         Lundi
-10%
2%
12%
         Mardi
10%
-2%
-2%
         Mercredi
10%
-6%
3%
         Jeudi
5%
-3%
2%
         Vendredi
5%
-1%
-3%
         Samedi
16%
1%
-12%
         Dimanche
17%
12%
-20%

Le week-end, même si les gens s’éloignent de leur domicile, ils gardent avec eux leurs emails. La consultation mobile est en forte hausse le week-end, on fait donc suivre les boîtes de réception en déplacement.

Ces chiffres sont plutôt encourageants pour les annonceurs. En effet, vous avez la possibilité de contacter vos prospects à tout moment et n’importe où. Vos campagnes peuvent donc prendre une nouvelle dimension. Par ailleurs, n’oubliez pas que vous pouvez aussi gérer vos campagnes en déplacement grâce à l’application iPhoneMailproTM emailing software.

mercredi 4 janvier 2012

But ultime de l'email marketing

À travers le blog, il est question d’améliorer les performances des campagnes emailing, cependant dans les lignes qui suivent, il s’agit de mettre en évidence les gains d’un tel effort. Si vous faites une campagne emailing, vous la réussirez mieux si vos connaissez vos objectifs, qui sont principalement commerciaux.

Derrière toute campagne se cache la vente de produits ou services. Cependant, cette vente n’est pas directe, elle est indirecte et passe par plusieurs procédés. Tout d’abord, on note la fidélisation. L’emailing est particulièrement adapté pour tisser et entretenir une relation client, en créant une certaine intimité entre la marque et un client potentiel. Personnalisation et adéquation avec le rythme de vie du prospect sont bien sûr deux critères de choix pour accentuer cette fidélisation. La fidélisation du prospect glissera lentement vers la fidélisation client dès lors que ce dernier aura effectué au moins un achat parmi vos produits. Son statut change et le contenu de vos emailing s’adaptera au fur et à mesure.

Une des conséquences de l’emailing est, bien entendu, de générer du ROI. Pour cela, plusieurs façons vous permettront d’arriver à vos fins. On distingue plusieurs formes d’emailings qui seront utilisées dans différents cas, en essayant de profiter ainsi au maximum d’un levier en particulier :
• L’emailing issu du trigger marketing : il est souvent utilisé dans la phase de fidélisation du prospect et permet ainsi d’automatiser des envois en fonction du cycle de vie du contact. Vous créez alors de la valeur ajoutée à votre action en profitant d’un évènement particulier de la vie du prospect.

L’emailing transactionnel : il sera utilisé pour engendrer la fidélisation client puisqu’il est retrace clairement chaque étape d’un processus de commande. De l’ouverture de compte (lors d’une première commande) au service après vente, l’emailing transactionnel vous servira à informer votre client du suivi de commande, mais aussi à lui donner la possibilité de s’exprimer à l’issue de la commande.


• L’emailing dynamique : peut-être utilisé à tout moment dans une campagne, il permet surtout d’envoyer un contenu qui se mettra à jour en temps réel. Il est particulièrement sollicité par les annonceurs lorsque les emailings sont porteurs d’un message à valeur limitée ou variable dans le temps.

L’emailing social : le succès des réseaux sociaux en fait de véritables vecteurs pour le marketing. Tout naturellement, l’emailing s’est vu être couplé à ces derniers, notamment pour les campagnes multicanal.

N'oubliez pas aussi de vous renseignez auprès de MailproTM emailing software qui peut vous aider dans toutes ces étapes. 

lundi 2 janvier 2012

Évolution dans la stratégie d’un emailing

L’emailing a subi une évolution technologique, mais il évolue aussi en respectant une certaine stratégie. Toutes les campagnes sont aujourd’hui placées sous le signe de l’affinage, en respectant une progression pyramidale, menant à son sommet la personnalisation one-to-one. Voici un petit retour sur les différentes évolutions stratégiques d’une emailing ou d’une newsletter.

Au départ, une campagne emailing correspond à du mailing de masse. C'est-à-dire des emailings identiques envoyés à un maximum de personnes. C’est ainsi que le phénomène d’emailing a commencé. Certaines campagnes commencent encore de cette façon, mais il a été prouvé à plusieurs reprises que le mailing de masse était mort. Même si le gain de temps avec cette méthode est énorme, il n’en reste pas moins que son efficacité est moindre. Les prospects ne veulent plus être confondus dans la masse, ils désirent se faire connaître comme entité distincte des autres.

Par conséquent, les annonceurs ont adapté leur stratégie et ont mis en place la segmentation des bases de données. Le principe est le suivant, rassembler des contacts en sous-groupe selon des caractéristiques communes. Ainsi, la masse initiale est divisée en plusieurs communautés rassemblant des entités similaires. Ainsi commence une certaine distinction entre les contacts actifs et les contacts plus timides.

Cependant, la segmentation ne suffit pas, les communautés affichent certains points similaires, mais restent toujours disparates. L’affinage se poursuit donc avec le ciblage. Il s’agit de redécouper cette communauté, cette fois-ci par rapport aux centres d’intérêt des personnes la composant. Le ciblage permet d’envoyer des offres assez personnalisées qui auront tendance à séduire le prospect.

On est encore loin du one-to-one, le degré de stratégie suivant permet une personnalisation plus complète. Il s’agit en fait d’utiliser des renseignements personnels sur le contact et de les intégrer aux emailings. Ce genre de renseignements est généralement obtenu lors de l’inscription ou par la suite lors d’ajouts d’informations au profil client. La personnalisation passera aussi par le fait de commencer à intégrer les emailings et newsletters dans le cycle de vie du prospect. Pour cela, le trigger marketing viendra en renfort.

Enfin pour arriver au dernier étage de la pyramide, il faudra mettre en place une stratégie de contenu dynamique et multicanal. En se servant de tous les canaux possibles, comme les réseaux sociaux, vous proposez aux prospects des supports qu’ils connaissent et apprécient. Par ailleurs les emailings dynamiques vous permettront d’adapter un contenu selon des critères que vous aurez choisis (personne, date, heure, …).

Certains annonceurs, pour des raisons financières ou par manque de temps et moyens, gravissent ses étapes petit à petit, alors que d’autres feront en sorte de mettre en place le one-to-one dès le début. Il est clair que cette pratique augmente considérablement les performances d’une campagne, cependant la modification stratégique en cours de campagne confronte les prospects à des nouveautés, ce qui évite la lassitude. 

Bonne Année 2012 !!!

Chère lectrices, chers lecteurs,

Je vous transmets, de la part de toute l'équipe du Blog Emailing maintenu par Mailpro Solutions Emaling nos voeux les plus fous en 2012.